Français Anglais Musée du compagnonnage à Tours
Musée du Compagnonnage
Musée du Compagnonnage
Imprimer l'agenda


Archives

Une exposition est présentée chaque année, durant l’été, sous les voûtes de la salle capitulaire de l’ancienne abbaye, au rez-de-chaussée du musée. Elle permet de découvrir un métier, un outil, l’histoire, les chefs-d’œuvre et les traditions du Compagnonnage. 

Archive
Le compas dans l’œil

Le compas dans l’œil

Fermé le 14 juillet.
Le compas est un instrument utilisé dans de nombreuses professions, de l’architecte au charpentier, en passant par le cordonnier, le forestier ou le serrurier, et bien d’autres encore. En bois ou en métal, à branches ou à coulisse, muni de jambes et d’un œil, le compas sert à mesurer, reporter et tracer. A partir des collections de Lionel Royer et René Verstraete, l’exposition met en scène cet instrument universel et chargé de symbolisme.

Jeudi 1 Juillet 2010 au mardi 31 août 2010 - 09h00
Gratuit
Les révolutions ouvrières au XIXe siècle

Les révolutions ouvrières au XIXe siècle

En 1830, le règne de Charles X prend fin et Louis-Philippe monte sur le trône. En 1848, il en est chassé et la IIe République est instaurée jusqu’au coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, en 1851. En 1871, le Second Empire s’écroule, la Commune de Paris est proclamée en mars et s’achève dans le sang à la fin mai. Lors de ces trois épisodes révolutionnaires, des compagnons de tous métiers s’engagèrent pour défendre leur liberté et leur idéal. A travers des gravures, estampes, journaux, objets de toutes sortes, issus de la collection de Patrick Fonteneau, l’exposition retrace ces trois révolutions qui marquèrent l’histoire ouvrière du XIXe siècle.

9h - 12h30 / 14h – 18h. FERME LE 14 JUILLET

Vendredi 1 Juillet 2011 au dimanche 18 septembre 2011
Gratuit
Les révolutions ouvrières au XIXe siècle.

Les révolutions ouvrières au XIXe siècle.

En 1830, le règne de Charles X prend fin et Louis-Philippe monte sur le trône. En 1848, il en est chassé et la IIe République est instaurée jusqu’au coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, en 1851. En 1871, le Second Empire s’écroule, la Commune de Paris est proclamée en mars et s’achève dans le sang à la fin mai. Lors de ces trois épisodes révolutionnaires, des compagnons de tous métiers s’engagèrent pour défendre leur liberté et leur idéal. A travers des gravures, estampes, journaux, objets de toutes sortes, issus de la collection de Patrick Fonteneau, l’exposition retrace ces trois révolutions qui marquèrent l’histoire ouvrière du XIXe siècle.

 

9h - 12h30 / 14h – 18h

Lundi 1 Août 2011 au dimanche 18 septembre 2011
Gratuit
Les révolutions ouvrières au XIXe siècle.

Les révolutions ouvrières au XIXe siècle.

En 1830, le règne de Charles X prend fin et Louis-Philippe monte sur le trône. En 1848, il en est chassé et la IIe République est instaurée jusqu’au coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, en 1851. En 1871, le Second Empire s’écroule, la Commune de Paris est proclamée en mars et s’achève dans le sang à la fin mai. Lors de ces trois épisodes révolutionnaires, des compagnons de tous métiers s’engagèrent pour défendre leur liberté et leur idéal. A travers des gravures, estampes, journaux, objets de toutes sortes, issus de la collection de Patrick Fonteneau, l’exposition retrace ces trois révolutions qui marquèrent l’histoire ouvrière du XIXe siècle.

9h - 12h30 / 14h – 18h

Jeudi 1 Septembre 2011 au dimanche 18 septembre 2011
Gratuit
L’imprimeur a bon caractère

L’imprimeur a bon caractère

Pour son exposition d’été, le musée présente une évocation de l’imprimerie d’antan, avant l’ère du numérique. Depuis sa naissance au XVe siècle jusqu’au milieu du XXe, l’imprimerie constitue un univers passionnant, par ses procédés techniques, ses polices de caractères, son vocabulaire… Sont aussi exposés les supports pour la reproduction des images : bois gravés, plaques de cuivre et d’acier, pierres lithographiques… Toutes ces pièces proviennent de la collection de M. Méchin et de l’association « Typographie d’antan ». Un espace pour les enfants (« le cassetin du petit typo ») leur permettra de s’initier aux techniques de l’imprimerie par des travaux pratiques.
Exposition présentée dans la salle capitulaire (accès par le parvis de l’église Saint-Julien).

9 h - 12 h 30 / 14 h -18 h. FERME LE 14 JUILLET

Lundi 2 Juillet 2012 au dimanche 16 septembre 2012
Gratuit
L’imprimeur a bon caractère

L’imprimeur a bon caractère

Pour son exposition d’été, le musée présente une évocation de l’imprimerie d’antan, avant l’ère du numérique. Depuis sa naissance au XVe siècle jusqu’au milieu du XXe, l’imprimerie constitue un univers passionnant, par ses procédés techniques, ses polices de caractères, son vocabulaire… Sont aussi exposés les supports pour la reproduction des images : bois gravés, plaques de cuivre et d’acier, pierres lithographiques… Toutes ces pièces proviennent de la collection de M. Méchin et de l’association « Typographie d’antan ». Un espace pour les enfants (« le cassetin du petit typo ») leur permettra de s’initier aux techniques de l’imprimerie par des travaux pratiques.
Exposition présentée dans la salle capitulaire (accès par le parvis de l’église Saint-Julien).

9 h - 12 h 30 / 14 h -18 h. FERME LE 14 JUILLET

Mercredi 1 Août 2012 au dimanche 16 septembre 2012
Gratuit
L’imprimeur a bon caractère

L’imprimeur a bon caractère

Pour son exposition d’été, le musée présente une évocation de l’imprimerie d’antan, avant l’ère du numérique. Depuis sa naissance au XVe siècle jusqu’au milieu du XXe, l’imprimerie constitue un univers passionnant, par ses procédés techniques, ses polices de caractères, son vocabulaire… Sont aussi exposés les supports pour la reproduction des images : bois gravés, plaques de cuivre et d’acier, pierres lithographiques… Toutes ces pièces proviennent de la collection de M. Méchin et du Musée de la Typographie, 13, rue Albert Thomas, à Tours .

Démonstrations de fabrication de papier recyclé et d'impression sur une presse à épreuves pour les enfants, le mercredi de 10h à 11h30.


Exposition présentée dans la salle capitulaire (accès par le parvis de l’église Saint-Julien).

9 h - 12 h 30 / 14 h -18 h. 

Samedi 1 Septembre 2012 au dimanche 16 septembre 2012
Gratuit
Transports

Transports

 9h-12h30 – 14h-18h.

L’exposition d’été du musée du Compagnonnage est consacrée cette année aux moyens de transport. Elle coïncide avec la mise en service du tramway et son passage devant le musée. Elle permet de mesurer l’ingéniosité humaine et les progrès accomplis pour faciliter le déplacement des personnes et le transport des marchandises.

Des jeux et ateliers libres sont proposés aux enfants à partir de 5 ans : faire avancer un bateau à l'aide d'un élastique ou d'un bateau de baudruche, imaginer et dessiner un moyen de transport fantastique ou futuriste.

Salle capitulaire des Celliers Saint-Julien (accès par le parvis de l'église Saint-Julien ou par le parking Prosper Mérimée).

Entrée gratuite.

FERMÉ LE 17 ET LE 24 SEPTEMBRE.

Lundi 15 Juillet 2013 au lundi 30 septembre 2013
Transports

Transports

9h-12h30 – 14h-18h.

L’exposition d’été du musée du Compagnonnage est consacrée cette année aux moyens de transport. Elle coïncide avec la mise en service du tramway et son passage devant le musée. Elle permet de mesurer l’ingéniosité humaine et les progrès accomplis pour faciliter le déplacement des personnes et le transport des marchandises.

Des jeux et ateliers libres sont proposés aux enfants à partir de 5 ans : faire avancer un bateau à l'aide d'un élastique ou d'un bateau de baudruche, imaginer et dessiner un moyen de transport fantastique ou futuriste.

Salle capitulaire des Celliers Saint-Julien (accès par le parvis de l'église Saint-Julien ou par le parking Prosper Mérimée).

Entrée gratuite.

FERMÉ LE 17 ET LE 24 SEPTEMBRE.

Jeudi 1 Août 2013 au lundi 30 septembre 2013
Transports

Transports

9h-12h30 – 14h-18h.

L’exposition d’été du musée du Compagnonnage est consacrée cette année aux moyens de transport. Elle coïncide avec la mise en service du tramway et son passage devant le musée. Elle permet de mesurer l’ingéniosité humaine et les progrès accomplis pour faciliter le déplacement des personnes et le transport des marchandises.

Des jeux et ateliers libres sont proposés aux enfants à partir de 5 ans : faire avancer un bateau à l'aide d'un élastique ou d'un bateau de baudruche, imaginer et dessiner un moyen de transport fantastique ou futuriste.

Salle capitulaire des Celliers Saint-Julien (accès par le parvis de l'église Saint-Julien ou par le parking Prosper Mérimée).

Entrée gratuite.

FERMÉ LE 17 ET LE 24 SEPTEMBRE.

Dimanche 1 Septembre 2013 au lundi 30 septembre 2013
Le pain dans la Grande Guerre

Le pain dans la Grande Guerre

Du 1 juillet au 14 septembre 2014 ; 9h-12h30 – 14h-18h.

Durant plus de quatre ans, de 1914 à 1918, les boulangers mobilisés ont dû cuire du pain sans relâche pour nourrir les Poilus. Ceux qui demeuraient dans les régions touchées par les combats ont subi les bombardements et partout en France ils manquèrent cruellement d’ouvriers pour nourrir la population avec ce qui était encore l’aliment de base. Les compagnons boulangers ont payé un lourd tribut à la défense de la patrie et l’exposition leur rend hommage. Elle a été conçue et prêtée par le Centre de recherches et d’études sur la boulangerie et ses compagnonnages

Salle capitulaire des Celliers Saint-Julien (accès par le parvis de l'église Saint-Julien ou par le parking Prosper Mérimée).

Entrée gratuite. FERMÉ LE 14 JUILLET

Mardi 1 Juillet 2014 au dimanche 14 septembre 2014
Gratuit
Le pain dans la Grande Guerre

Le pain dans la Grande Guerre

Du 1 juillet au 14 septembre 2014 ; 9h-12h30 – 14h-18h.

Durant plus de quatre ans, de 1914 à 1918, les boulangers mobilisés ont dû cuire du pain sans relâche pour nourrir les Poilus. Ceux qui demeuraient dans les régions touchées par les combats ont subi les bombardements et partout en France ils manquèrent cruellement d’ouvriers pour nourrir la population avec ce qui était encore l’aliment de base. Les compagnons boulangers ont payé un lourd tribut à la défense de la patrie et l’exposition leur rend hommage. Elle a été conçue et prêtée par le Centre de recherches et d’études sur la boulangerie et ses compagnonnages

Salle capitulaire des Celliers Saint-Julien (accès par le parvis de l'église Saint-Julien ou par le parking Prosper Mérimée).

Entrée gratuite.

Vendredi 1 Août 2014 au dimanche 14 septembre 2014
Gratuit
Le pain dans la grande guerre

Le pain dans la grande guerre

Du 1 juillet au 14 septembre 2014 ; 9h-12h30 – 14h-18h.

Durant plus de quatre ans, de 1914 à 1918, les boulangers mobilisés ont dû cuire du pain sans relâche pour nourrir les Poilus. Ceux qui demeuraient dans les régions touchées par les combats ont subi les bombardements et partout en France ils manquèrent cruellement d’ouvriers pour nourrir la population avec ce qui était encore l’aliment de base. Les compagnons boulangers ont payé un lourd tribut à la défense de la patrie et l’exposition leur rend hommage. Elle a été conçue et prêtée par le Centre de recherches et d’études sur la boulangerie et ses compagnonnages

Salle capitulaire des Celliers Saint-Julien (accès par le parvis de l'église Saint-Julien ou par le parking Prosper Mérimée).

Entrée gratuite.

Lundi 1 Septembre 2014 au dimanche 14 septembre 2014
Gratuit
Les blasons de métiers

Les blasons de métiers

Du 19 juin au 10 septembre, tous les jours de 9h à 12h30 et de 14h à 18h. Fermé le 14 juillet.

Le métier a ses titres de noblesse et les compagnons sont fiers de leur association. Tous chantent encore Le Blason, du cordier Pierre Calas, qui commence par ces vers :
« Sans être duc, baron, marquis ou comte,
Nous, compagnons, nous avons un blason,
Depuis longtemps, nous le portons sans honte,
Car il est pur de toute trahison. »
A l’instar des grandes familles, les compagnons de chaque corps de métier ont en effet adopté des « blasons » constitués d’outils et de symboles.
L’exposition présente une partie de ces armoiries professionnelles en grandeur nature et explique leur signification subtile. Leur sont associés plusieurs chefs-d’œuvre et estampes ornés de ces figures qui expriment l’appartenance à un groupe et les valeurs qui lui sont propres.

Entrée gratuite

Salle capitulaire des Celliers Saint-Julien (accès par le parvis de l'église Saint-Julien ou par le parking Prosper-Mérimée).


Lundi 19 Juin 2017 au dimanche 10 septembre 2017
Gratuit
Les blasons de métiers

Les blasons de métiers

Du 19 juin au 10 septembre 2017,  9h-12h30 – 14h-18h. Fermé le 14 juillet.

"Sans être duc, baron, marquis ou comte, nous, compagnons, nous avons un blason, depuis longtemps, nous le portons sans honte, car il est pur de toute trahison", écrivait en 1864 le compagnon cordier du Devoir Pierre CALAS dans sa chanson Le Blason, qui est toujours interprétée par les compagnons d’aujourd’hui.


L'exposition souligne le sentiment de noblesse et de dignité des hommes de métier qui ne déchoient pas en travaillant de leurs mains, à travers la variété des blasons de métiers, les règles qui président à leur création (couleurs, assemblages), les outils qui les composent et l’évolution qu’ils subissent lorsque de nouveaux métiers sont intégrés au sein des compagnonnages.
Sont présentés des chefs-d'œuvre de compagnons, des estampes, de grandes photographies, ou encore des céramiques.

Des activités imaginées pour les enfants, afin de les initier à l'héraldique et leur apprendre à composer leur propre blason sont également au rendez-vous.

Entrée gratuite
Salle capitulaire des Celliers Saint-Julien (accès par le parvis de l'église Saint-Julien ou par le parking Prosper-Mérimée).

 

Samedi 1 Juillet 2017 au dimanche 10 septembre 2017
Gratuit
Les blasons de métiers

Les blasons de métiers

Du 19 juin au 10 septembre 2017,  9h-12h30 – 14h-18h. 

"Sans être duc, baron, marquis ou comte, nous, compagnons, nous avons un blason, depuis longtemps, nous le portons sans honte, car il est pur de toute trahison", écrivait en 1864 le compagnon cordier du Devoir Pierre CALAS dans sa chanson Le Blason, qui est toujours interprétée par les compagnons d’aujourd’hui.


L'exposition souligne le sentiment de noblesse et de dignité des hommes de métier qui ne déchoient pas en travaillant de leurs mains, à travers la variété des blasons de métiers, les règles qui président à leur création (couleurs, assemblages), les outils qui les composent et l’évolution qu’ils subissent lorsque de nouveaux métiers sont intégrés au sein des compagnonnages.
Sont présentés des chefs-d'œuvre de compagnons, des estampes, de grandes photographies, ou encore des céramiques.

Des activités imaginées pour les enfants, afin de les initier à l'héraldique et leur apprendre à composer leur propre blason sont également au rendez-vous.

Entrée gratuite
Salle capitulaire des Celliers Saint-Julien (accès par le parvis de l'église Saint-Julien ou par le parking Prosper-Mérimée).

Mardi 1 Août 2017 au dimanche 10 septembre 2017
Gratuit
Les blasons de métiers

Les blasons de métiers

Du 19 juin au 10 septembre 2017,  9h-12h30 – 14h-18h. 

"Sans être duc, baron, marquis ou comte, nous, compagnons, nous avons un blason, depuis longtemps, nous le portons sans honte, car il est pur de toute trahison", écrivait en 1864 le compagnon cordier du Devoir Pierre CALAS dans sa chanson Le Blason, qui est toujours interprétée par les compagnons d’aujourd’hui.


L'exposition souligne le sentiment de noblesse et de dignité des hommes de métier qui ne déchoient pas en travaillant de leurs mains, à travers la variété des blasons de métiers, les règles qui président à leur création (couleurs, assemblages), les outils qui les composent et l’évolution qu’ils subissent lorsque de nouveaux métiers sont intégrés au sein des compagnonnages.
Sont présentés des chefs-d'œuvre de compagnons, des estampes, de grandes photographies, ou encore des céramiques.

Des activités imaginées pour les enfants, afin de les initier à l'héraldique et leur apprendre à composer leur propre blason sont également au rendez-vous.

Entrée gratuite
Salle capitulaire des Celliers Saint-Julien (accès par le parvis de l'église Saint-Julien ou par le parking Prosper-Mérimée).

Vendredi 1 Septembre 2017 au dimanche 10 septembre 2017
Gratuit
Escalier à dessous coulissant
(1825)

Musée du Compagnonnage

8 rue Nationale
37000 Tours
Tél : 02 47 21 62 20

Escalier à dessous coulissant (1825) Plan d'accès
Contactez nous