Français Anglais Musée du compagnonnage à Tours
Musée du Compagnonnage
Musée du Compagnonnage
Retour recherche

Généalogie

Franc-maçonnerie

Tombe maçonnique à Rochecorbon (37), photo L. Bastard

Une autre confusion est possible entre le compagnon du tour de France et le compagnon franc-maçon. Compagnonnage et Franc-maçonnerie sont des associations distinctes, historiquement et dans leurs buts. Contrairement à une idée reçue, le compagnonnage n’est pas l’ancêtre de la Franc-maçonnerie, laquelle s’est constituée en Angleterre au cours du XVIIe siècle avant de s’établir en France et en Europe dans les années 1730. Association de type initiatique, philosophique, fraternel, la Franc-maçonnerie use de façon symbolique des outils des maçons de métier. A cette époque, certains symboles maçonniques, certains rites, des références légendaires, se retrouvent dans les compagnonnages et dans la Franc-maçonnerie, mais sont relativement peu nombreux. En revanche, au XIXe siècle, d’assez nombreux compagnons se sont affiliés dans des loges et beaucoup de symboles, rites et légendes ont migré de la Franc-maçonnerie vers les compagnonnages . Ainsi en est-il des trois points en triangle, de l’étoile flamboyante à cinq branches associée à la lettre G, de la légende de l’architecte Hiram, etc. En revanche, le compas et l’équerre entrecroisés sont communs aux deux institutions, sans qu’il y ait eu emprunt de ce symbole par l’une à l’autre.

La découverte d’un diplôme, d’objets décorés de symboles, d’attributs tels que des écharpes, peut entraîner des confusions. Signalons aussi que les termes d’apprenti, compagnon et maître sont employés dans la Franc-maçonnerie pour désigner trois grades, mais ils n’ont pas de rapport avec l’organisation interne des compagnonnages, qui ne concerne ni l’apprentissage ni la maîtrise au sens réel ou symbolique de ces mots. Dans le Compagnonnage, il n’y a que des aspirants (ou affiliés), des compagnons et quelquefois, dans certaines associations, des compagnons finis.

Précisons cependant qu’il y eut de nombreux termes pour désigner la progression du futur compagnon et du compagnon lui-même au sein de sa société. Ces mots ont varié selon les époques et les associations : attendant, sociétaire, jeune homme, aspirant, affilié, novice, postulant, initié, remerciant, maître remercié, etc. sans parler de leurs synonymes : lapin, renard, bouquin, loup, chien, singe, agrichon…

Escalier à dessous coulissant
(1825)

Musée du Compagnonnage

8 rue Nationale
37000 Tours
Tél : 02 47 21 62 20

Escalier à dessous coulissant (1825) Plan d'accès
Contactez nous